Galice, vieux Pays Gaulois, me voilà !

Ce 27 août, j’ai franchi la rivière EO par le Puente de los Santos, et je suis entré en Galice

La rivière EO marque la frontière entre Asturies et Galicie

La rivière EO marque la frontière entre Asturies et Galicie

La Galice est la dernière province que je traverse sur le chemin (je suis parti de Bourgogne et suis passé par le Centre, le Berry, le Limousin, le Périgord, l’Aquitaine, le Pays Basque Français,le Pays Basque Espagnol, la Cantabrie et Les Asturies)

Le comité d’accueil en Galice est des plus agréables… A entendre la musique des cornemuses et à juger de par la taille des musiciennes, je me sens rajeuni de 25 ans et replongé en Bretagne au temps de mon Service Militaire dans la Marine à Brest…

Johanna et Patricia du groupe Folk "Avante Cuideiru" et le Jacquet...

Johanna et Patricia du groupe Folk

Avant que je poursuive mon chemin, ils me font une aubade de cornemuses et de tambours…

Protégé : … jour de fête : je suis invité à déjeuner par une famille Asturienne…

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Père et Fils sur le Chemin de Saint-Jacques

J’ ai rattrapé ces deux Suisses-Allemands sur le chemin en entrant dans les Asturies :

David (12 ans) marche avec son père Norbert vers Compostelle. Il y arrivera, car il a la confiance : en lui-même, en son Père, en le chemin…

Ensemble, ils réussissent l’impossible… Il est vrai que pour un petit garçon blond intelligent et mignon, tous les coeurs et toutes les portes s’ouvrent. Il y a toujours une place pour eux, même dans un gîte ou une auberge déjà complète…

Ils ont un minimum de bagages : une seule paire de sandales mais deux paires de chaussettes.. ! Mais déjà beaucoup d’expérience. Norbert a accompli le Camino Frances l’année dernière et sait ce qu’il -et ce que son fils- peut faire. Le papa est en général plus fatigué que son fiston à la fin d’une étape…

Ils sont devenus mes copains de chemin.

Ils sont de Bâle dans le « Dreiländereck » et David est à l’école en France à Saint-Louis et parle Français sans accent comme les gosses de chez nous…

Ensemble nous avons beaucoup ri…

Bonjour les Asturies !

A Santillana del Mar le 14 Août, il ne me restait plus que 500 KM pour arriver à Saint-Jacques de Compostelle !

J’ai quitté la Cantabrie (dont le slogan tourististique « Cantabrie infinie » me faisait redouter une longue traversée) pour entrer dans les Asturies (Capitale Gijon, ou je me trouve aujourd’hui)

Je me revois en Bretagne : les hortensias et les mouettes sont là et il pleut presque chaque jour. Les étapes de marche par temps couvert sont très agréables, et les gens boivent du cidre en masse !

Lire la suite

Protégé : le Camino : una fiesta !

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Protégé : Mais ou est le Celte ?

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Sur le chemin (Vidéo)

(Interlude)

Essai de diaporama

[rockyou id=120191084]

Bon c’est juste un essai. C’est plutôt simple à faire (10/20 minutes).
A toi Pascal de nous préparer une soirée diapo sur un thème de ton choix !

Patrick

PS : Mode d’emploi Lire la suite

Une croix basque

Le lauburu ou croix basque est une svastika formée par quatre virgules, chaque virgule étant constituée de trois demi-cercles (un premier haut de demi-cercle suivi d’un bas de demi-cercle, plus un deuxième bas de demi-cercle, deux fois plus grand, au bas des deux autres et les reliant).
En basque, lau signifie quatre et buru tête.

Ce symbole mythologique pré-indo-européen, largement diffusé par les civilisations antiques depuis le néolithique, pourrait indiquer le mouvement du temps (année décomposée en quatre saisons), ou aussi les quatre élements de la vie (l’eau, la terre, le feu et l’air). Lire la suite

Les montagnes basques, c’est pas du gâteau !

« Qui a la chance d’avoir un cousin basque doit écouter celui-ci »

(très vieux proverbe Gascon)

Mon cousin basque m’avait dit en m’accompagnant vers le début du Sentier Côtier Basque Français à la chapelle Sainte-Madeleine à Bidart :

« …Tu verras tu vas te régaler les yeux… »

Effectivement, je n’avais sur le chemin rien vu d’ aussi beau. Nouveau pour moi cette communion avec la mer, que je retrouve sous un autre aspect après chaque cap que j’ai franchi.

Mais ces paysages paradisiaques, ils ne viennent pas tout seul vers vous. Ecoutons encore mon cousin :

« …Tu verras, le Pays Basque, ça monte et ça descend… »

… Et quels dénivelés ! Lire la suite